Product was successfully added to your shopping cart.
Product was successfully added to your shopping cart.
Ouvrir une session
Acore odorant racine (Acorus calamus) huile essentielle

Acore odorant racine (Acorus calamus) huile essentielle

0,00 $CA

(Temporairement indisponible)

Précédent

Néroli (Citrus aurantium ssp. amara) huile essentielle

Précédent

Achillée millefeuille (Achillea millefolium) huile essentielle

Acore odorant racine (Acorus calamus) huile essentielle

Soyez le premier à commenter ce produit

  • Label bio de l'Union européenne
  • Québec vrai
  • USDA Organic

Disponibilité : Temporairement indisponible

0,00 $CA

Description

Nom latin Acorus calamus
Nom français Acore odorant, acore roseau, acorus, belle angélique
Nom anglais : Calamus Root, Sweet Flag
Famille : Aracées
Pays d'origine : Canada

Histoire et origine

L'acorus calamus est une plante commune des marécages du Québec et du golfe du Saint-Laurent. C’est une plante aquatique d’environ un mètre de hauteur dotée de feuilles linéaires dressées. Au Moyen-Âge, on se servait de l’acore comme litière odorante sur le plancher des cathédrales, et l’on continue à s’en servir en parfumerie ainsi que pour aromatiser la bière et les vins. Aux Indes, le sucre d’acore est d’un usage universel pour combattre les coliques des enfants.

Chez les autochtones, cette plante occupe une place importante dans la médecine populaire. On s’en sert pour faire passer la fièvre, les névralgies et les troubles digestifs. Communément appelée « belle angélique » par les Québécois et « Sweet Flag » au Canada anglais, l'acore fait partie de la tradition amérindienne. Elle a été utilisée pour éloigner les punaises dans la conservation des fourrures. Plante indigène aujourd’hui peu connue, elle a été très utilisée à des fins souvent similaires par les différentes tribus d'Amérique du Nord :

• En infusion : contre les maux de tête, les maux de ventre, les crampes intestinales, la grippe, les parasites intestinaux, les gaz intestinaux, la constipation, la diarrhée, la fièvre, la bronchite, l'hypertension et le diabète, pour faciliter l'accouchement, diminuer les symptômes de la ménopause et régulariser le cycle menstruel.
• La racine broyée : mélangée avec le tabac, pour soulager les maux de tête. Elle était aussi utilisée en cataplasme pour soigner les maux de dents, les crampes abdominales et les maux de gorge. On la fume dans les « Sweat Lodge » (tentes de sudation) et on l’utilise pour traiter l'arthrite tuberculeuse et les maux d'oreilles.
• En décoction : pour contrer les irritations dues au contact avec l'ortie et autres plantes irritantes et pour soigner le choléra.
• En pommade : appliquée sur le visage des guerriers afin de prévenir l'excitation et la peur au cours des combats.
• La racine séchée : les chamans l'utilisaient, entre autres, pour protéger les enfants des esprits de la nuit et des fantômes et conseillaient aux pêcheurs d'en attacher à leurs filets afin d'attirer le poisson.

Une autre variété d'acore ayant un tout autre chémotype (qui contient un fort pourcentage d'asarone) existe en Chine, où ils utilisaient aussi la feuille et le rhizome en fumigation combinée à l'armoise pour éloigner les insectes. L'acore changpu est cité dans la première pharmacopée chinoise Shennong bencao jing (aux environs du début de notre ère) : (elle) traite les troubles liés au « vent froid humide », la toux, et s'oppose au Qi ascendant. Il ouvre la porte du cœur. Nourrit les cinq organes, libère les neuf orifices, éclaircit les yeux et les oreilles, [aide] les articulations de la voix. Pris longtemps, allège le corps, améliore la mémoire, prévient la confusion et prolonge la vie. Autre nom : « changyang ».
À ne surtout pas confondre avec la variété nord-américaine.

Lire la suite

Fiche technique d'aromathérapie

Partie distillée : Rhizome (les feuilles aussi sont aromatiques; elles ont un parfum plus doux, mais leur rendement en huile est beaucoup plus faible)
Méthode d'extraction :

Entraînement à la vapeur d’eau

Composantes :

Sesquiterpène (calamène), alcool sesquiterpénique (cadinol), mono et dicétone sesquiterpéniques (shyobunone, 6-épishyobunone) 23-32 %, acorone, acorénone, phénols méthyl-éthers (cis-isoasarol) 8-19 %

N.B. : Attention, il faut bien vérifier le chémotype et l'origine de cette huile. 

Caractérisques : Liquide transparent, jaune pâle.
Propriétés en aromathérapie : Antispasmodique digestive, relaxante, anti-inflammatoire digestive, tonique digestive+++, cholérétique+++, carminative, stomachique, apéritive, antiparasitaire, anti-catarrhale+++, mucolytique+++, expectorante.
Indications : Bronchite catarrhale+++, bronchite asthmatiforme, insuffisances digestive et hépatobiliaire+++, gastrite, entérocolite spasmodique, brûlements d'estomac, gaz intestinaux, cystite, congestion rénale, goutte.

Action énergétique et émotionnelle

Favorise l’enracinement; elle harmonise la relation avec la Terre-Mère.

Lire la suite

Usages

Alimentaire

Elle a souvent été utilisée pour parfumer la bière et l'eau-de-vie.

Parfumerie

Odeur forte et camphrée, utilisée comme fixatif. Note de base.

La racine d'acore odorant est souvent présente dans les pots-pourris; elle fixe le parfum des autres aromates. Sous forme d'huile essentielle, elle a la même capacité et agira comme fixatif dans un complexe; il suffit alors d'ajouter quelques gouttes dans votre mélange pour le rendre plus durable.

Synergie

Tous les citrus, la cannelle, l'oliban et le gingembre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Sécurité et contre-indications

Peut être neurotoxique et abortive à forte dose.

Interdite durant la grossesse, l'allaitement et chez les enfants de moins de 12 ans.   

N.B. : Attention, il faut bien vérifier le chémotype et l'origine de cette huile. L'acore odorant canadien ne contient pas d'asarone.

 

Chromatographie

Documentation et références

  • Agriculture et agroalimentaire Canada.
  • FRANCHOMME, Pierre, Docteur PÉNOËL, Daniel, L’aromathérapie exactement, Éditions Roger Jollois.
  • TREBEN, Maria, La santé à la Pharmacie du Bon Dieu, Les éditions Ennsthalerm.
  • MOERMAN, Daniel E., Native American Ethnobotany, Timber Press.